L’entrepreneuriat est considéré aujourd’hui comme la porte de sortie pour de nombreux jeunes africains. Cela s’explique par la démographie galopante, l’inadéquation des programmes universitaires avec les besoins des recruteurs, mais aussi par le manque de nouvelles entreprises sur le continent africain pour embaucher les 10 millions de jeunes actifs qui sortent d’école chaque année et prêts à l’emploi… D’après Aeneas Chuma, directeur Afrique de l’Organisation internationale du travail (OIT) au cours de la prochaine décennie, les principaux débouchés économiques viendront des Africains qui montent des entreprises, créent des emplois et de la richesse, et saisissent des opportunités de croissance.

Une chose est certaine, toutes ces raisons ont leur sens et il faut malgré tout trouver des solutions à nos problèmes. Plusieurs jeunes se lancent de plus en plus dans l’entrepreneuriat pour diverses raisons. Certains veulent être indépendants, d’autres veulent résoudre les problèmes de l’Afrique en proposant des solutions, d’autres veulent éradiquer le chômage, ou encore participer au développement de l’Afrique, Il y’en a qui entreprennent en attendant de décrocher un job. Nous le savons tous, l’entrepreneuriat est un marathon et non une course de vitesse. L’expression américaine «Only the strongests survive» (seuls les plus forts survivent), prend tout son sens dans l’aventure entrepreneuriale en Afrique. L’environnement des affaires en général, les lenteurs administratives, l’environnement politique, culturel et social, sont autant de facteurs qui ralentissent l’entrepreneur africain. Pour mener à bien cette aventure, il faut avoir certaines qualités. Nous vous proposons ici quatre qualités que tout jeune africain doit avoir pour réussir son aventure entrepreneuriale.

La responsabilité 


L’Afrique a besoin d’une jeunesse responsable. En effet
 chaque jeune doit assumer l’entière responsabilité de sa vie. Il faut se dire que nous sommes au stade où nous sommes à cause de nous même, de nos choix, de nos actions ou inactions.  Ensuite il faut prendre la décision de vouloir apporter quelque chose de meilleure à sa communauté, à son pays et à son continent. Avec des visions, des objectifs et des motifs qui poussent à l’action, tout dévient clair. L’émergence est évolutive et nous devons aussi faire évoluer nos mentalités au fur et à mesure. Être responsable voudrait dire qu’on a fait le choix d’entreprendre et qu’on l’assume, bon gré mal gré car l’entrepreneuriat est une vocation et non un passe temps.

Le leadership et l’engagement

L’Afrique a soif d’une jeunesse leader et engagée pour son développement. Le leadership, c’est servir les autres. Pour servir les autres, il faut être capable de se servir soi-même. C’est-à-dire, être capable d’avoir un certains nombre de qualité qui nous permettent d’avancer et qu’on voudrait transmettre ou partager avec les autres. Ce n’est pas une question de chef d’entreprise, de partie politique, le leadership n’est pas réservé à une classe sociale. Nous avons la capacité d’être tous des leaders mais tout dépendra de nos valeurs, actions et de nos modes de pensée. Un leader se soucie de sa communauté et des personnes qui l’entourent. Il se demande constamment ce qu’il peut faire pour ces dernières. Il se met tout suite en marche à travers de petites actions renouvelées chaque jour. Il est solidaire et à l’écoute des autres. Le leader s’engage à apporter le changement autour de lui. Ce sont entre autres des valeurs que tout jeune entrepreneur africain doit incarner.

L’esprit entrepreneurial

Entreprendre, c’est créer de la valeur pour les autres. C’est cette valeur qui est rémunérée si elle correspond à de réels besoins. Le jeune entrepreneur africain doit avoir une envie énorme d’aider, de proposer des solutions aux nombreux problèmes qui existent sur le continent. Il ne faut pas dans ce cas confondre entrepreneur et business man ou woman.
Qui dit émergence dit création d’entreprise. Créer des entreprises, c’est créer de la richesse, des emplois et c’est aussi participer à la réduction des inégalités. Il faut que chaque jeune se comporte comme un entrepreneur. Celui-là même qui arrive à gagner de l’argent avec ce qu’il propose comme solution pour soutenir le développement. Pour y arriver, il peut se poser les questions suivantes : Qu’est-ce que je peux créer comme entreprise pour aider les gens de ma communauté, ou bien qu’est-ce que je peux monter comme business pour faire face à certains besoins de ma communauté ? Quels sont les problèmes qui minent ma communauté ? Quels sont mes propres problèmes ? Comment les résoudre ? Pourrais-je gagner de l’argent avec ma solution ? Est-ce un problème qui compte vraiment ? ainsi de suite… C’est bien d’avoir de grands rêves et des ambitions démesurées. Tout cela ne vaut rien sans actions. La meilleure chose à faire,  c’est de penser à commencer petit avec les moyens du bord malgré nos grandes ambitions. Un entrepreneur est un bâtisseur. Il a une vision et il est conscient, convaincu que c’est avec le temps qu’il pourra concrétiser sa vison. Il travaille avec acharnement sur les fondations de son entreprise. Si les fondations sont bonnes, l’aventure entrepreneuriale peut à 90% être un véritable succès. Si vous êtes capables de gérer des entreprises de petites tailles avec un capital de 100.000 – 1000.000 FCFA, vous serez capable un jour de gérer des projets qui coûtent plus chers. Avoir l’esprit entrepreneurial, c’est commencer là on est, avec ce qu’on a et susciter l’étonnement avec nos bons résultats sans jamais abandonner.

Consommer africain

le foufou made in Côte d’Ivoire

Nous pouvons créer les meilleures entreprises au monde, résoudre les meilleurs problèmes qui existent en Afrique mais si nous ne consommons pas les produits et services faits par les africains, nous ne créerons aucune richesse. L’Afrique a besoin d’une jeunesse qui consomme africain, qui émet des critiques constructives pour que les chefs d’entreprise améliorent leurs offres.  l’émergence voudrait dire que nous avons de l’argent pour developer nos États. Si nous n’apprenons pas à consommer ce qui vient de chez nous comment aurons-nous l’argent pour gérer le développement ? Changeons nos modes de consommation et l’Afrique changera pour de bon. En agissant ainsi non seulement nous donnons la force aux autres mais aussi nous permettons aux autres de nous donner de la force. 

Alain Anzara – Legends

 

#Entrepreneurs #Afrique #Leadership #créativité #Valeur #Richesse #partage

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CONTACTEZ MOI

Je serai heureux d'échanger avec vous et de vous connaître.

En cours d’envoi

©2019 Alain Anzara designed by INPULSION propulsé par WordPress

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?